Message du mardi 24 novembre 2020

mardi 24 novembre 2020

Coïncidence ou appel à approfondir la Parole ?

Ce mardi, je vous invite à prier pour Maxime (papa de 26 ans), décédé après un arrêt cardiaque la semaine dernière. Sa sépulture est célébrée ce jour à La Bazoge. Maxime est le frère de Lætitia qui accompagne le groupe de préparation à la confirmation « adultes »

Nous prions pour toutes les familles en deuil qui vivent une épreuve sans pouvoir être entourées de tous leurs proches en raison des limites imposées par le confinement.

Nous prions aussi pour les enfants qui attendent d’être baptisés, leurs familles et les fiancés qui se préparent au mariage. En 2020, 75% des mariages et 50% des baptêmes sur nos paroisses ont été reportés...

Merci à Jean-Marie qui nous donne sa lecture de la Parole de Dieu en évoquant le départ tragique de Maxime et nous poursuivons la lecture de la déclaration des évêques européens.

Je vous assure de ma prière
Père Christian +

Coïncidence ou appel à approfondir la Parole ?

Pour méditer ce passage de St Luc, triste, peu encourageant, je me permets de partager un évènement de vie qui me touche particulièrement. Oui quelle coïncidence, que ce texte d’aujourd’hui, où tout s’écroule autour de nous, et la sépulture vécue aujourd’hui, et pour laquelle ma filleule de confirmation m’a dit : ’’Parrain, tout s’écroule autour de nous, j’ai besoin de toi.’’ En effet c’est un drame familial qui se passe : son jeune frère âgé de 26 ans est décédé subitement alors qu’avec sa compagne, ils attendaient la naissance ces jours prochains de leur bébé.

Comment les aider ? Comment les soutenir ? C’est dur de trouver les mots d’espérance dans de telles conditions et on ne peut s’éviter cette question ; ‘’Pourquoi Dieu permet-il cela ? A son âge il avait beaucoup de choses à faire’’.

Oui, nous membres des équipes sépultures, nous rencontrons des familles qui vivent de grands tremblements, et la question principale pour nous est bien celle-ci (à mon avis) comment pouvons-nous être le signe de calme contre la révolte intérieure ressentie.

Mais la Parole de Dieu est là, en écho à la fête du Christ Roi, la liturgie nous fait méditer toute cette semaine un chapitre de saint Luc où Jésus parle longuement de l’avenir.

En pensant à ses parents, nous ne pouvons pas oublier Marie qui a vécue la mort de son fils et croyons que comme Jésus, ce jeune homme vit la résurrection auprès de Dieu le Père.

Gardons espoir et force en regardant les versets 19 et 36 de ce même chapitre : 19 "C’est par votre persévérance que vous garderez votre vie". 36 "Restez éveillés et priez en tout temps : ainsi vous aurez la force d’échapper à tout ce qui doit arriver, et de vous tenir debout devant le Fils de l’homme."

Alors prions ensemble : « Seigneur ouvre mes yeux et aide-moi à lire ma vie à la lumière de ta miséricorde, que rien ne me trouble, que rien ne m’effraie, que rien ne m’écrase, car toi, Maître du temps et de l’histoire, tu tiens en main la destinée des peuples et de chaque homme ; tu tires le bien de toute détresse, et tu nous conduis, à travers ombres et lumières, jusqu’à ton jour qui ne finira pas. »

Jean-Marie - Diacre

Suite de la déclaration des évêques européens du 18 novembre.

L’avenir de l’Union Européenne ne dépend pas seulement de l’économie et des finances, mais aussi d’un esprit commun et d’une nouvelle mentalité. Cette crise est une opportunité spirituelle de conversion. Nous ne devons pas simplement consacrer tous nos efforts au retour à la « vieille normalité », mais profiter de cette crise pour apporter un changement radical pour le mieux. Elle nous contraint à repenser et à restructurer le modèle actuel de la mondialisation en garantissant le respect de l’environnement, l’ouverture à la vie, le souci de la famille, l’égalité sociale, la dignité des travailleurs et les droits des générations futures. Le Pape François, avec son Encyclique Laudato Si’, nous a montré la voie pour façonner une nouvelle civilisation. Dans sa nouvelle Encyclique Fratelli tutti, signée il y a quelques semaines sur la tombe de Saint François d’Assise, il appelle l’humanité entière à la fraternité universelle et à l’amitié sociale, sans oublier les marginaux, ceux qui sont blessés et ceux qui souffrent. Les principes de la Doctrine Sociale de l’Église Catholique de dignité humaine et de solidarité, tout comme l’option préférentielle pour les pauvres et la durabilité, peuvent devenir les principes directeurs pour construire un modèle d’économie et de société différent après la pandémie.