Historique

samedi 26 juillet 2014

Situé hors les remparts de la ville "Le Pré" était un lieu de sépulture païen.

Les premières communautés chrétiennes firent en sorte d’y posséder un emplacement protégé, c’est ainsi que le corps de Julien, évêque du Mans, y fut inhumé. La légende rapporte que plusieurs miracles eurent lieu à cette occasion. Ceci se passait probablement au 5ème siècle.

Le culte de Saint-Julien prenant naissance, des habitants élevèrent au-dessus du cercueil, ce que nous appelons un caveau ; ce serait l’emplacement de la crypte actuelle.

- Au 6ème siècle, pour accueillir les pèlerins malades, une congrégation de moines établit un monastère ; rien n’est connu de celui-ci, mais c’était déjà l’abbaye de Saint-Julien du Pré. Plan de l'abbaye de Saint-Julien du Pré - Fait le 4 janvier 1793

- Au 9ème siècle, en raison des troubles, l’évêque Aldric fait transférer la relique de Saint-Julien dans sa cathédrale.

- Au 11ème siècle, la restauration des bâtiments de l’abbaye fut l’œuvre d’une femme pieuse qui installa des moniales sur l’emplacement du tombeau de Saint-Julien, afin d’y fonder une abbaye bénédictine.

Cette première abbesse met en chantier une grande église abbatiale (58mx10m) qui, terminée au 12ème siècle, devient par son importance, le troisième édifice religieux de la ville. L’abbaye Saint-Julien du Pré se développe ; de nombreux bâtiments annexes sont construits, y compris une modeste église paroissiale.

- Au 14ème siècle, pendant la guerre de Cent Ans, l’abbaye connaît des heures sombres.

- Au 15ème siècle, la restauration de l’abbaye est confiée à l’abbesse Isabeau de Hauteville. Un vitrail rappelle cette période.

- Au 17ème siècle, des réformes dans le fonctionnement de l’abbaye s’accompagnent de travaux dans l’abbatiale.

- Au 18ème siècle, du fait de la Révolution, les religieuses quittent Saint-Julien du Pré. L’église paroissiale est démolie pour être vendue pierre par pierre.

- Au 19ème siècle, l’abbatiale devient paroisse sous le vocable actuel de Notre-Dame du Pré.

En 1833, l’ensemble est en triste état de toutes parts, selon le constat de l’abbé Guillois. Celui-ci en accord avec Prosper MERIMEE, inspecteur des Monuments Historiques, décide de rendre la crypte au culte après avoir fait réaliser des fouilles.

En 1852, les autorités sont alertées : la situation misérable du bâtiment de l’église, recommandable sur le rapport de l’art, menace ruine sur plusieurs points. C’est ainsi que l’architecte DARCY établit un projet de sauvetage que l’abbé Livet réalise à partir de 1857. La tâche, bien que considérable, fut rapidement conduite, l’inauguration solennelle ayant lieu le 27 janvier 1860.

Après la guerre de 1870, l’abbé LIVET fait réaliser, de 1875 à 1885, le clocher-porche prévu par l’architecte DARCY, pour agrandir l’église.

Pour le financement, l’abbé LIVET fit intervenir MAC-MAHON en démontrant que la ville du Mans, ayant beaucoup souffert de la guerre, devait recevoir un secours de l’État. L’abbé LIVET, décédé en 1895, fut inhumé dans la crypte près de l’emplacement du tombeau de Saint-Julien.

- Au 20ème siècle, en 1934, se sont terminés les travaux permettant de redonner à l’église son aspect roman d’origine, le chanoine Lecourt étant alors curé de la paroisse.

Pendant la Seconde Guerre Mondiale, en 1944, les vitraux furent détruits (sauf un) lors de l’explosion du pont en X. Les verrières, refaites de 1948 à 1954, sont l’œuvre de Max INGRAND.

Décédé en 1956, le chanoine Lecourt fut également inhumé dans la crypte.


Une réalisation romane

Notre-Dame du Pré, l’une des plus grandes églises romanes du Maine, est la mieux conservée.

L’intérieur offre de beaux exemples d’une architecture de pierre ; l’ensemble est sobre. De nombreux détails sont intéressants.

Pour en savoir plus : le Maine Roman

Visite de l’église Notre-Dame-du-Pré IMG/flv/Site_Video_NDduPre_2014.flv

Heures d’ouverture de l’église

L’église est ouverte en :

- de novembre à avril : tous les jours de 15h à 17h sauf le lundi.

- de mai à septembre : les mardi, mercredi et jeudi de 15h à 18h / les jeudi et samedi de 15h à 17h

Sont à disposition en français, anglais, allemand, espagnol et espéranto :

- un document sur l’historique de l’abbatiale
- un plan de l’église précisant les éléments les plus intéressants diverses photos, dont la collection des vitraux sur les 12 paraboles de l’Évangile, œuvre de Max INGRAND.

A l’extérieur, faire le tour de l’église permet d’apprécier une architecture bien équilibrée dont un beau chevet avec la succession des absidioles et, sous les corniches, des modillons (ornements saillants) diversement sculptés. Les murs sont en petits appareils de roussard, mode de construction en matériau habituel de la région.

Le clocher-porche, réalisé à la fin du 19ème siècle, a été conçu pour intégrer le portail de l’ancienne façade du 12ème siècle.

Le square, dont la réalisation fut entreprise au moment de la construction du cocher-porche, situé en partie à l’emplacement des bâtiments de l’abbaye, a permis une heureuse intégration de ce quartier périphérique à la ville, celle-ci étant située de l’autre côté de la rivière. Le jardin de ce square a été rénové en 1992, en tenant compte des données architecturales et historiques associant la mémoire du lieu et l’art des jardins contemporains.


Téléchargez le panorama historique de Notre-Dame du Pré réalisé par Monsieur Gilles SOURDIN en mars 2009

PDF - 3.6 Mo
Historique complet

Articles parus sur le site :

- Visiter l’église Notre-Dame-du-Pré grâce à RCF (février 2013)
- Ils cherchent de l’or à Notre-Dame du Pré ! (mai 2011)


Documents joints

MP3 - 3.7 Mo
MP3 - 3.7 Mo

Dans cette rubrique